La collecte sur KissKissBankBank, c’est parti!

Cette aventure du Tour de France à pied par les GR est une suite de défis transformés en projets, puis en réalisations.

Chacun de ceux qui me font l’amitié de me suivre, peut le faire à sa manière.

Qui en s’abonnant à ce blog, à ma Page Facebook, en regardant mes photos sur Instagram, en consultant mes infos sur Twitter. Qui en m’accompagnant sur le chemin, 1 km, 10kms, une journée ou plus…. Qui en me proposant de m’accueillir pour une soirée-étape faite, j’en suis certain, d’échanges et de convivialité.

Mais aussi, faire partie de mes rencontres en souscrivant à ma collecte!

 

Bien sûr, il est question d’argent, et j’entends les objections, ce projet est ton projet, débrouilles-toi.   

Mais j’entends également ceux, et ils sont nombreux, proches, amis, connaissances, voire inconnus, qui me disent  » je souhaite te donner un coup  de main, comment puis-je faire? «                                                                                                                      

Et bien, pendant 30 jours, d’ici au 08 mars, une collecte de financement participatif est en cours sur la plateforme KissKissBankBank.

En participant au financement du Tour de France à  pied par les GR pour 1€ du kilomètre, vous aiderez aussi la Fédération Française de Randonnée Pédestre!

En effet, ce Tour de France à pied par les GR n’est possible que grâce au traçage, au balisage et à l’entretien des milliers de kilomètres de chemins par les bénévoles de la FFRP.

Aussi, 10% de la collecte, soit 800€, sur un objectif de 8 400€,  seront reversés  en votre nom à la FFRP.

Pour participer, rien de plus simple, il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous KissKissBankBank

https://www.kisskissbankbank.com/tour-de-france-a-pied-par-les-gr

Collecte sur KissKissBankBank
Financement participatif

MERCI D’AVANCE !!!!!

 

 

 

 

 

J – 100

Dans  100 jours exactement, le 30 avril, je débuterai le tour de France à pied par les GR en 365 jours.

Dans 100 jours sera venu le temps d’un article tous les 6/8 jours sur ce blog, des posts réguliers sur ma Page Facebook  , avec notamment l’album des rencontres, des photos quotidiennes à heures fixes de ma France en chemin, sur Instagram, et du gazouillis d’ infos glanées ici ou là, sur Twitter.

Avant de faire les premiers pas, en compagnie de ceux qui voudront m’accompagner ce dimanche-là, un petit point s’impose.

18 mois

Il y a 18 mois, en août 2015, ce fut une idée, juste une idée, une drôle d’idée!     De GR en GR, l’oeil rivé sur la carte de la Fédération Française de Randonnée Pédestre, l’idée chemina jusqu’au défi, réaliser le tour de France à pied en solo. De TopoGuide en TopoGuide, de carte Wikiloc en carte Wikiloc sur http://www.gr-infos.com/   le défi est devenu un projet.

Définir l’itinéraire, détailler l’enchaînement des étapes, trouver des gîtes, ne pas en trouver et donc modifier les étapes, tracer les quelques liaisons sur route ente les différents GR. Bien! tout  ça a de la gueule! Et puis s’apercevoir que tourner  dans  le sens horaire ne fonctionne pas, et donc recommencer tout l’itinéraire dans l’autre sens, de la Lorraine au Nord, puis l’Ouest de la Picardie aux Landes, et les Pyrénées d’Ouest en Est avant de rejoindre le Sud des Alpes pour remonter vers l’Est via le Jura jusqu’à la Place Stanislas.

Vérifier, compter les kilomètres, les recompter, établir le calendrier des  étapes.

Se préparer aussi. Car il est bien connu que les kilomètres à pied, ça use les souliers, mais le marcheur aussi. Alors, après la visite de révision chez le médecin du sport, pédaler, ramer, courir, gainer, soulever, fléchir, étirer…..inspirer, expirer…. une fois, puis deux, puis quatre, puis six fois par semaine. Que n’est-on pas prêt à faire pour quelques kilomètres sur les chemins!

Rêver, s’enthousiasmer, douter, ne jamais  renoncer, en parler à quelques-uns, ne pas en parler à la plupart, parce que, on ne sait jamais, si je ne le fais pas, n’est-ce pas……

J’y vais!

100 jours donc! Le temps de mettre en oeuvre un programme pour certains, une seconde pour moi, tant il reste à faire.

S’équiper, sac à dos, chaussures, bâtons de marche, vêtements techniques, accessoires, la liste détaillée est prête. Le tout doit peser au maximum 8 Kgs.

Investir dans le matériel informatique et photo/video avec un mini-ordinateur portable et un smartphone.

 S’entraîner, encore et toujours, en incluant désormais une randonnée de 20/25 Kms chaque semaine.

Réserver les gîtes pour les étapes Lorraine/Vosges/Ardennes/Hauts de France, et solliciter auprès des connaissances des hébergements « chez l »habitant »

Lancer un financement participatif pour environ 1/3 du budget total

Partager

 Le tour de France à pied par les GR en 365 jours, cette aventure en solitaire que j’entreprends, je souhaite la partager. Le temps est donc venu de faire savoir, grâce à ce blog, mais aussi en publiant

sur ma  Page Facebook  https://www.facebook.com/semellesetcailloux/  ,

en activant mon compte Instagram     https://www.instagram.com/semellesetcailloux/

et mon compte Twitter   https://twitter.com/BernardTDFAP

 

Rendez-vous le dimanche 30 avril vers 9h30 sur la Place Stanislas à Nancy

Stanislas montre le chemin

Galop d’essai, le GR53 de Wissembourg à St Quirin

Il était essentiel de valider ma capacité à randonner seul sur une période de 6/8 jours, avec des étapes de 20/25 Kms, en dormant chaque soir dans un endroit différent. J’ai donc programmé de parcourir un GR pas trop loin de Nancy, et en dehors de l’itinéraire de mon prochain   tour de France à pied par les GR en 365 jours.

Mon choix s’est porté sur les Vosges du Nord, et le GR53 qui va de Wissembourg au Donon. C’était parti pour 190 kms de randonnée en 7 jours, du 20 au 26 juillet 2016.

gr53

 

Etape 1 / 20 juillet / Wissembourg-Obersteinbach/28kms

Je commence par prendre le TER de 7h15 de Nancy à Strasbourg, puis un second TER qui m’amène à Wissembourg à 10h30. Le temps de trouver un petit supermarché pour le pique-nique du jour, et il est 11h00 lorsque j’attaque les tout premiers pas de mon aventure.

img_2781

Il fait déjà chaud, au moins 30°, je ne vais pas regretter les 2 litres d’eau emportés. Je fais une pause-déjeuner au refuge du col du Pigeonnier où je croise un groupe de randonneurs allemands,…..la seule rencontre de la journée. Dans cette partie des Vosges du Nord la forêt est très dense, les sommets peu élevés mais nombreux et rapprochés, çà monte et çà descend, et il fait de plus en plus chaud.

img_2783

Je marche un peu moins vite qu’imaginé, et arrive à Obersteinbach, petit village tout proche de la frontière vers 19h00.

img_2786

 

Etape 2 / 21 juillet / Obersteinbach-Niederbronn/18kms

Je quitte la petite auberge vers 10h00 emportant le casse-croûte que m’a préparé la propriétaire. Question température, il fait toujours très chaud, dans les 30°. Toujours ce caractère sauvage du paysage que j’aime dans cette partie des Vosges. La perspective de faire étape après une journée de randonnée à Niederbronn-les-Bains, charmante station thermale, mais aussi berceau du  Groupe De Dietrich, me stimule et j’arrive à la chambre d’hôtes vers 17H00. Le temps d’une douche et d’enfiler mes baskets, je descends au centre-ville pour prendre une bonne bière.

img_2792

 

Etape 3 / 22 juillet / Niederbronn-Wimmenau/25kms

A la sortie de Niederbronn, çà grimpe sec vers la ruine du Wasenbourg. Peu après, je croise, enfin dirais-je, deux randonneuses qui vont par le même GR53 jusqu’à Saverne. Des étapes moins longues que les miennes apparemment. Je m’arrête pour pique-niquer à Untermuelthal dans un   « 3 étoiles »: un banc sous un arbre, dans une vaste prairie au bord d’une petite rivière, le tout au pied de la terrasse du Restaurant l’Arnsbourg.         La journée de marche est longue, aussi je fais un arrêt « bière » à Lichtenberg, sur la place au  pied du château.

img_2797

Encore 6 kms et c’est l’arrivée à Wimmenau.

 

Etape 4 / 23 juillet / Wimmenau-Saverne/32kms

Curieuse auberge où rien ne bouge avant 8h30 « et oui Monsieur, c’est samedi… », ce qui me fâche un peu vu que je voulais démarrer cette étape  de bonne heure. En plus, il pleut, mais heureusement cela ne dure pas et je profite pleinement du rafraîchissement de la température. Je fais une pause dans la cité  touristique de la Petite Pierre.

img_2802

C’est ensuite l’étonnant village troglodyte de Graufthal, puis la longue montée jusqu’au col de Saverne. Je traverse enfin la ligne TGV Est et la RN4 pour descendre sur la cité des Rohan.

img_2795  img_2804

 

Etape 5 / 24 juillet / Saverne-cascade du Nideck/35kms

La journée va être rude, 35 kms avec des dénivelés, mais la forme est là, manifestement la préparation physique paie. La randonnée est magnifique, le terrain et les paysages variés, c’est dimanche, je traverse une immense aire de pique-nique emplie de familles, je croise dans une descente un groupe de trailers qui montent en courant, mais comment font-ils? Le chemin passe au-dessus de Wangenbourg, mais je décide d’y descendre pour faire une petite pause dans cette charmante cité touristique.

img_2808

Encore 2 heures d’effort, et me voilà à la cascade du Nideck, sise dans un décor magnifique. J’arrive vers 19h00 à l’Auberge du  Nideck, et là, ce fut une belle soirée en compagnie des 3 co-propriétaires du lieu.

 

Etape 6 / 25 juillet / Nideck-Col du Donon/30kms

Départ vers 9h00, il fait très beau. A Urmatt, dans la vallée, après  les provisions du jour dans une supérette, je fais une petite pause sur un banc. Sur le banc d’en face, un couple fait de même. La dame me propose du chocolat, on est Belges voyez-vous, on fait l’Alsace en camping-car, on va à Strasbourg, et vous? Ah! bon!! Bonne journée. Le paysage a changé, ce sont les « vraies Vosges », celles que je connais en fait, ces montagnes de 1000-1400 m, ces horizons où l’on cherche à voir les Alpes, même que quelquefois on y arrive, mais pas là et pas aujourd’hui.

img_2818

Après le rocher de Mutzig, le chemin me parait encore bien long, mais je finis par arriver au col du Donon.

img_2820

 

Etape 7 / 26 juillet /Col du Donon-St Quirin/26kms

Le col du Donon, c’est l’extrémité sud du GR53. Je repars vers le col de l’Engin pour rejoindre le GR5 en passant par le sommet du Donon, et avec ses 1008m, point culminant  de ma randonnée. Sur les pentes menant au sommet, c’est l’autoroute un jour de grand  départ; il faut dire que le site, occupé depuis la  préhistoire, avec son temple, est un must de la  région.

img_2822

L’avantage du parcours du jour, c’est qu’il descend forcément.                     A Abreschwiller, je retrouve ma fille qui doit me ramener à Nancy en voiture. Après avoir bu une bière, nous repartons pour St Quirin, terme de mon itinéraire. Il n’y a que 5 kms de marche facile, mais on les fera sous une pluie torrentielle.                                                                                  Nous voilà à St Quirin, il est 19h00, j’ai marché 195kms en 7 jours d’affilée, en dormant chaque soir dans un lieu différent.                            Le galop d’essai est positif.

img_2826